Alerte aux sucres cachés dans les aliments


La Fédération française des diabétiques et l'Institut national de la consommation (INC) ont alerté lundi contre la présence grandissante de sucres cachés dans les aliments.

L'étude montre que les sucres se trouvent essentiellement dans les produits transformés comme les pizzas, les bières, les mayonnaises, les merguez, les carottes râpées et les céleris rémoulade...

Une étude menée par l'Institut national de la consommation

"Pourquoi rajouter des sucres dans les produits qui n'en ont pas besoin ?", écrit notamment la Fédération française des diabétiques dans une tribune qui coïncide avec la publication d'une étude conjointe avec l'INC sur le sujet.

Publiée sous le titre "192 produits analysés. Sucres cachés. L'overdose !", l'étude montre que les sucres se trouvent essentiellement dans les produits transformés comme les pizzas, les bières, les mayonnaises, les merguez, les carottes râpées et les céleris rémoulade...

Des sucres cachés sous différents noms

Ils se cachent "sous des noms souvent méconnus et sur des étiquettes complexes à déchiffrer", note la Fédération des diabétiques, qui lance un appel aux industriels et aux pouvoirs publics pour réduire la dose de sucre contenue dans les produits alimentaires transformés.

Les quantités de sucre relevées dans les 192 produits étudiés ne sont pas anodines : une portion de pizza ou un yaourt aux fruits peuvent ainsi contenir jusqu'à l'équivalent de trois morceaux de sucre, tandis que certains jus de fruits (notamment les nectars de fruits) sont aussi sucrés que les sodas, avec plus de 4 morceaux de sucre pour 25 cl.

Des sucres sont également ajoutés dans la plupart des charcuteries industrielles, pour limiter le développement microbien et atténuer l'acidité du produit.

Quant aux produits allégés en graisses comme les mayonnaises ou les sauces crudités, ils sont souvent très riches en sucres pour conserver la texture et le volume du "light".

Un problème de santé publique

"L'omniprésence du sucre dans notre alimentation pose un problème de santé publique", notent l'INC et la Fédération des diabétique dans un communiqué conjoint qui rappelle que les Français avalent en moyenne 100 grammes de sucre par jour alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'en préconise pas plus de 50 g pour un adulte.

La Fédération des diabétique rappelle de son côté que la consommation du sucre est "un élément déterminant dans la gestion du diabète".

Créé le 28 juin 2016

Sources :

AFP/Relexnews Communiqué de la Fédération française des diabétiques juin 2016 Etude INC juin 2016