Les produits allégés pourraient faire grossir


Les produits allégés en matières grasses pourraient à terme faire prendre du poids à cause de leur forte teneur en sucre, selon une étude publiée dans Physiology and Behavior. Ils provoqueraient des inflammations chroniques au niveau du foie et du cerveau. 

Les produits estampillés "0% de matière grasse" ont la cote auprès des personnes voulant éviter la prise de poids ou perdre quelques kilos en trop. Ils provoqueraient pourtant l’effet inverse, selon des chercheurs de l’Université de Géorgie (Etats-Unis).
Ces aliments aux packagings alléchants seraient, certes allégés en graisses, mais bourrés de sucre. Or, le sucre consommé en grande quantité est responsable d’autres problèmes pouvant entraîner la prise de poids : des troubles au niveau du foie et du cerveau.

Trois types de régime passés à la loupe

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont testé trois types de régimes sur des rats pendant quatre semaines. Le premier groupe a suivi un régime riche en graisses et en sucre. Le deuxième a été soumis à une alimentation pauvre en graisses mais riche en sucre (les fameux produits 0% de matière grasse). Le troisième a été soumis à une alimentation équilibrée, dite "normale". Pendant un mois, le poids, la prise de calories, la masse graisseuse et les selles des rats ont été mesurés et analysés par les chercheurs.

Gare à la stéatose hépatique non alcoolique

Résultat, les rats des groupes 1 (régime riche en graisses et en sucre) et 2 (régime pauvre en graisses et riche en sucre) ont pris beaucoup de poids. Mais ce n’est pas tout, leur masse graisseuse et la graisse au niveau de leur foie ont également augmenté par rapport au 3e groupe (alimentation équilibrée).
L’accumulation de gras autour du foie était particulièrement importante chez les rats ayant suivi un régime pauvre en graisses mais riche en sucre. "Ces résultats sont très inquiétants car l’accumulation de graisses au niveau du foie peut provoquer les mêmes effets que les maladies du foie liées à l’alcool, notamment la stéatose hépatique non alcoolique", explique Pr. Krzysztof Czaja, principal auteur de l’étude. Cette maladie évolue dans 15 % des cas vers une cirrhose, susceptible d'être à l'origine de cancers.

Les signaux de satiété brouillés

Pire encore, les résultats de cette étude ont montré que les régimes non équilibrés (groupes 1 et 2) pouvaient provoquer des inflammations chroniques au niveau des intestins et du cerveau. Or, d’autres études conduites par le Pr. Czaja avaient démontré qu’une inflammation au niveau du cerveau pouvait interférer dans sa capacité à envoyer des signaux de satiété lorsque nous avons assez mangé.

Un microbiote perturbé

Quant à l’inflammation au niveau des intestins, elle serait la conséquence de perturbations du microbiote provoquée par une alimentation déséquilibrée.

Cette étude est toutefois à nuancer. "Les changements observés au niveau du cerveau apparaissent sur le long terme et on ne sait pas s’ils peuvent être corrigés par un retour à une alimentation équilibrée", conclut le chercheur. Enfin, ces résultats proviennent de tests réalisés uniquement sur des rats.

Ecrit par:

Annabelle Iglesias

Créé le 26 avril 2017

Sources :

Diet-driven microbiota dysbiosis is associated with vagal remodeling and obesity, Krzysztof Czaja and al, avril 2017, Physiology and Behavior (abstract disponible en ligne).