Œufs contaminés : un second insecticide recherché dans les élevages


 Le ministère de l’Agriculture a annoncé vendredi 25 août que la présence d’un nouvel insecticide  serait recherchée dans plusieurs élevages français de poules pondeuses. 

Les contrôles élargis à d’autres traitements anti-parasitairesL’amitraze, toxique ?

Après l’épisode polémique du fipronil retrouvé dans des milliers d’œufs contaminés et ovoproduits divers des supermarchés (la liste des produits ne cessant de s'allonger), le ministère de l’Agriculture a indiqué vendredi dernier que des prélèvements étaient également effectués dans des élevages de poules pondeuses pour rechercher la présence d’un deuxième insecticide, l’amitraze.  Cet insecticide a déjà été retrouvé à plusieurs reprises dans certains établissements.

Les contrôles élargis à d’autres traitements anti-parasitaires

Le directeur général adjoint de l’Alimentation au ministère de l’Agriculture, Loïc Evain a affirmé qu’en parallèle des recherches sur le fipronil, des enquêtes, contrôles et inspections étaient menés dans plusieurs élevages de volailles, centres de conditionnement, établissements de transformation et grossistes, afin d’établir un état des lieux général des traitements anti-parasitaires contre le pou rouge. Il a également insisté sur les résultats provisoires donnés pour l’heure par les autorités sanitaires.

L’amitraze, toxique ?

Selon le ministère de l’Agriculture, l’usage de l’amitraze est autorisé dans les élevages de ruminants, porcs et abeilles comme un médicament vétérinaire, en tant que traitement anti-parasitaire. Cependant il  ne bénéficie pas d’autorisation d’utilisation dans les élevages de volailles.

Aux Pays-Bas, où la crise du fipronil a commencé et où les recherches se penchent aussi dorénavant sur l’amitraze, le gouvernement affirme que ce second insecticide est "modérément  toxique". L’agence de sécurité sanitaire (ANSES) est donc en train d’étudier les réels risques sanitaires de ces résidus.

Sur le plan d’action européen, la Commission européenne a convoqué un comité d’experts à Bruxelles qui devrait se réunir le 30 août. 

Créé le 28 août 2017

Sources :

AFP/Relaxnews  Communiqué de presse du ministère de l'Agriculture