Le matin, manger gras pourrait être bénéfique !


Il semblerait bien que le traditionnel petit déjeuner anglaissoit meilleur pour la santé qu'une tartine recouverte deconfiture, accompagnée de céréales au chocolat etd'un jus de fruits. En effet, d'après une étuderécente, un petit déjeuner riche en acides grasplutôt qu'en sucres éviterait la surconsommation degraisses ultérieurement dans la journée.

On connaît l'importance du petit déjeuner pour nousaider à bien tenir toute la journée. Pour en savoir plussur son rôle dans la dépense énergétiquequotidienne, l'équipe du Dr Martin Young a voulu testerl'hypothèse selon laquelle le repas du matin programmerait lefonctionnement du métabolisme pour la journée. Pour yparvenir, les chercheurs ont fait suivre à des souris deuxtypes de régimes : soit un petit déjeuner richeen lipides, soit riche en glucides, suivi pour les deux groupes,d'un dîner riche en acides gras.
Résultat, les souris ayant pris un petit déjeunersucré gèrent moins bien sur le plan métabolique lesdifférents apports journaliers et sont au final en moins bonnesanté : elles prennent davantage de poids que les sourisayant débuté leur journée avec un repas gras, ellesont une masse graisseuse plus importante, des taux de triglycérides plus élevéet ont davantage tendance à développer une intolérance au glucose, voire un syndrome métabolique.
Selon le Dr Young, interrogé par The Telegraph, celadémontre qu'un “petit déjeuner riche en glucidesencouragerait la consommation de sucres tout au long de lajournée“ et la mauvaise gestion des graisses, tandis que celuienrichi en matières grasses “permettrait au contraire de mieuxrépartir ses besoins énergétiques entre les graisseset les sucres“ en fonction des besoins, ce qui se traduit par desbénéfices santé.
Déjà communément reconnu comme le repas le plusimportant de la journée, Martin Young en conclue que tout sepasse comme si le petit déjeuner “programmait lemétabolisme pour le reste de la journée“.

Cettenouvelle étude illustre donc avant tout l'importance del'aspect temporel de notre prise alimentaire, qui compte toutautant que les aspects qualitatifs et quantitatifs. C'estd'ailleurs le principe de la chrono-nutrition, méthodedéveloppée par le Dr Alain Delabos. Le principeconsiste à orienter la prise alimentaire (qualité etquantité) en fonction du moment de la journée, demanière à respecter son horloge biologique.
Une autre étude récente, qui avait étémené cette fois-ci chez l'homme, démontraitégalement l'importance de la prise d'aliments riche enprotéines le matin (voir notre article “Des protéines au petit déjeunerpermettent d'éviter le creux de 11h“) : un petitdéjeuner riche en protéines éviterait le grignotageen fin de matinée et permettrait de réduire le nombre decalories consommées tout au long de la journée.
Ces deux études remettent donc en cause nos acquis enmatière de petit déjeuner et pourraient mêmebousculer nos habitudes alimentaires matinales pourprivilégier lipides et protéines, plutôt quesucres : les saucisses, oeufs, bacon et haricots blancs àla tomate indispensables à un bon english breakfast vont-ilsbientôt remplacer ou compléter les tartines,céréales, chocolats chauds ou jus de fruitshabituellement servis le matin hors d'Angleterre ?
Frédéric Tronel et Jean-Philippe Rivière

Sources :
- “Time-of-day-dependent dietary fat consumption influencesmultiple cardiometabolic syndrome parameters in mice“,M. Young et al., International Journal of Obesity,30 mars 2010, résumé accessible en ligne
- “Fried breakfast is healthiest start to day, say scientists“,Telegraph.co.uk, 1er avril 2010, accessible en ligne
Photo : © Martin Lee / RexFeatur/REX/SIPA

Ecrit par:

La rédaction de Doctissimo

Créé le 14 avril 2010