Deux millions de Français boivent une eau non conforme


Plus d'un million de consommateurs reçoivent une eau contaminée en pesticides, en nitrates et en sélénium, selon une étude de l'UFC-Que Choisir, publiée mardi 20 mars. C'est dans le Bassin Parisien (Eure-et- Loir, Loiret, Seine-et-Marne, Yonne), le Nord et la Champagne (Pas-de-Calais, Marne, Aube) que l'eau serait la plus polluée. L'association de consommateurs pointe du doigt la pollution agricole.

Les habitants du Bassin Parisien, du Nord et de la Champagne les plus exposés à une eau de robinet polluée

La pollution agricole pointée du doigt

Selon l’association, 97,5 % des Français ont accès tout au long de l’année à une eau de bonne qualité, mais près de deux millions de consommateurs consommeraient une eau non conforme aux critères règlementaires. Le cocktail des principaux polluants décelés (pesticides, nitrates, sélénium) mettrait en évidence, selon l’association, les graves menaces que la pression agricole fait peser sur la ressource. Une pollution que l’association estime représenter sur la facture d’eau des dépenses supplémentaires annuelles au minimum comprises entre 640 et 1 140 millions d’euros, soit de 7 % à 12 % de la facture d’eau des ménages français.

L'association consumériste remarque aussi que la pollution de l'eau liée à un défaut de traitement ne représente que 31 % de la pollution de l'eau, mais qu'elle touche quand même 1 500 communes et 500 000 consommateurs. Les associations locales de l’UFC-Que Choisir, situées dans ces secteurs, sont intervenues auprès des maires des communes concernées pour leur demander d’agir.

Une information commune par commune

Face à ces résultats l’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics nationaux et européens :

- Une protection efficace de tous les captages ;

- Une application du principe constitutionnel pollueur-payeur dans le domaine des pollutions agricoles pour dissuader les pratiques agricoles polluantes ;

- Que les aides de la Politique Agricole Commune (PAC) soient réservées aux modes de production s’inspirant des principes des agricultures intégrées et biologiques.

Pour informer les consommateurs, l'UFC-Que Choisir met à la disposition des internautes sur son site internet les résultats de son enquête, commune par commune. Elle rappelle également que “L’enjeu d’une eau de qualité est primordial, tant du point de vue du pouvoir d’achat, que de l’environnement. Il faut en effet rappeler que, comparée à l’eau en bouteille, l’eau du robinet remporte le match haut la main. Elle est ainsi à qualité équivalente, jusqu’à 130 fois moins chère que sa rivale en bouteille plastique et contribue près de mille fois moins à l’effet de serre“.

Source : Communiqué de l’UFC-Que Choisir

Ecrit par:

David Bême

Créé le 21 mars 2012