Une vitamine miracle dans le lait ?


Elle empêcherait la prise de poids, éviterait le diabète, améliorerait les performances sportives, le tout sans effets secondaires... Qui ? La nicotinamide riboside, une vitamine naturelle peu étudiée jusqu’à présent et sur laquelle se sont penchés des chercheurs suisses. Cette substance, que l’on retrouve notamment dans le lait et peut-être la bière, offrirait de nombreuses perspectives thérapeutiques, qui demandent néanmoins confirmation, en particulier par des études pratiquées sur l'homme.

La nicotinamide riboside, une vitamine naturellement présente dans le lait, aurait diverses propriétés “miracles“ chez la souris.

De la nicotinamide riboside (NR), on ne savait que peu de choses, si ce n’est que cette vitamine  naturelle permettait de favoriser indirectement l’activité énergétique des mitochondries, les centrales énergétiques des cellules. Pour en chercher à en savoir plus sur cette mystérieuse molécule, les chercheurs de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne ont mené toutes une série d’expériences sur des souris, afin de déterminer ses effets in vivo.
 
Une prise de poids limitée et un diabète évité
Pour ce faire, dans un premier temps, ils ont soumis deux groupes de souris à un régime riche en graisses : un groupe contrôle et un groupe qui ont reçu de la NR. Résultat, la prise de poids de “souris NR“ n’atteignait que 60 % des autres. En outre, ces souris NR n’ont montré aucun signe de développement de diabète, contrairement aux autres. “Même avec un régime normal, la NR améliore la sensibilité à l’insuline“ détaille Carles Cantó, auteur principal de l’étude. Ci-dessous, une vidéo où le chercheur explique ses travaux :

Un métabolisme boosté
Par ailleurs, les chercheurs ont remarqué que les “souris NR“  (par voie orale durant 10 semaines) couraient mieux que les autres : elles dépassaient de 10 % leurs congénères sur les courses d’endurance. Comment expliquer ces performances remarquables ? Il semblerait que tous ces effets “miracles“ soient dus à une amélioration du fonctionnement des mitochondries, ces “cellules énergétiques“ qui transforment le glucose en une forme d’énergie directement utilisable par la cellule, l’ATP. En fait, la NR stimule indirectement l’activité des mitochondries via les sirtuines.

En effet, la NR est un précurseur de NAD+, un coenzyme de la sirtuine : ainsi, une forte concentration de NR dans l’organisme aboutit à une augmentation de la concentration en NAD+, puis, une augmentation de l’activité des sirtuines et enfin, une amélioration de fonctions métaboliques liées aux mitochondries, notamment la combustion des graisses et les capacités oxydatives des cellules.
 
Pas d’effets secondaires
Selon les chercheurs, cette vitamine aux capacités exceptionnelles pourrait contribuer à améliorer la santé, voire la longévité car le déclin de nombreuses fonctions de l’organisme serait lié à une baisse d’activité des mitochondries. Donc, en stimulant leur activité, il devrait être possible d’agir indirectement sur d’innombrables fonctions. Pour le moment, les chercheurs testent leur hypothèse sur des vers nématodes.

Mais il doit bien y avoir une contrepartie, des effets secondaires ? Même pas ! “Malgré tous nos efforts, nous ne sommes pas parvenus à déceler d’effets secondaires“ s’étonne Carles Cantó, et ce, même avec des doses très importantes.

Néanmoins, ces résultats restent à confirmer, notamment chez l’homme. Par ailleurs, de nombreux autres points restent en suspens car cette molécule est difficile à synthétiser. Et dans quels aliments la trouve-t-on ? En quelle quantité ?  “A l’heure actuelle, nous ne pouvons même pas mesurer sa concentration dans le lait, nuance le chercheur. Impossible donc de savoir combien il faudrait en boire pour pouvoir en observer les effets“.

Malgré les perspectives offertes par cette molécule prometteuse, les éventuelles applications thérapeutiques ou préventives ne sont donc pas pour tout de suite...

Yamina Saïdj

Sources :

- “Le lait recèle une incroyable vitamine cachée“,  communiqué de presse Mediacom - Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, juin 2012

- The NAD+ Precursor Nicotinamide Riboside Enhances Oxidative Metabolism and Protects against High-Fat Diet-Induced Obesity, C.Cantó and al, Cell Metabolism, Volume 15, Issue 6, 838-847, 6 June 2012

Ecrit par:

Yamina Saïdj

Créé le 12 juin 2012