L'huile de poisson pourrait contrer les effets néfastes de la malbouffe


Si la “malbouffe“ peut altérer les capacités cognitives, il semblerait que la prise d’oméga 3, que l’on trouve notamment dans les huiles de poisson, puisse “contrer“ cet effet délétère. C’est la conclusion d’une étude publiée dans le British Journal of Nutrition.

Selon une méta-analyse réalisée par des chercheurs anglais, les omégas 3 pourrait contrer les effets néfastes de la malbouffe sur le cerveau.

En fait, les scientifiques anglais se fixaient pout objectif de savoir si les omégas 3 pouvaient jouer un rôle dans la perte de poids. Pour ce faire, ils ont épluché 185 études desquelles il ressortait qu'une alimentation riche en hamburgers et autres frites pouvait  altérer la neurogenèse (la création de nouvelles cellules nerveuses)… Mais que la prise d'oméga 3 pouvait contrer ces effets néfastes en stimulant les zones du cerveau qui contrôlent l'alimentation, l'apprentissage et la mémoire.

Même si les chercheurs ont trouvé que les huiles de poisson n'avaient pas d'impact direct sur ce processus cérébral elles sont susceptibles de jouer un rôle important, selon leurs conclusions.

“De nombreux facteurs influent sur le poids de chacun, et les plus importants ne sont autres que la quantité nutritive que l'on consomme“, a noté la chercheuse Lucy Pickavance. Et d'ajouter, “l'apport excessif de certains macronutriments, des sucres raffinés et des graisses saturées que l'on trouve dans la malbouffe, peuvent entraîner une prise de poids, troubler le métabolisme et même avoir un effet sur le processus mental“.

“On perçoit ces changements dans la structure même du cerveau, notamment dans sa capacité à générer de nouvelles cellules nerveuses, reliant potentiellement l'obésité aux maladies neurodégénératives“, a ajouté la chercheuse.

Et de conclure, les “huiles de poisson ne semblent pas avoir un impact direct sur la perte de poids, mais elles pourraient arrêter les effets néfastes de certains processus déclenchés dans le cerveau par une alimentation trop riche en graisses“. 

Relaxnews

Source : Relationships between dietary macronutrients and adult neurogenesis in the regulation of energy metabolism, M. A. Yon and al, British Journal of Nutrition, mai 2013

Ecrit par:

Yamina Saïdj

Créé le 17 mai 2013