Ramadan : que vit le corps lors d’une journée de jeûne ?


Le ramadan débute officiellement le 10 juillet selon la Grande Mosquée de Paris (date reportée d'un jour par rapport aux recommandations du Conseil Français du Culte Musulman). Doctissimo vous propose de mieux connaître les mécanismes qui régissent notre corps lors d’un jeûne. Un jeûne certes non prolongé, mais qui peut avoir des conséquences néfastes s’il n’est pas maîtrisé.

Plusieurs mécanismes métaboliques se déclenchent lors d'une journée de jeûne.

Certains pensent encore à tort que jeûner pendant la journée leur permet de piocher dans leurs réserves de graisses et donc de maigrir. Faux bien entendu, dans le cas du ramadan du moins, où ce jeûne est rompu chaque soir. Pourtant cette année, ce pilier de l’Islam est programmé en plein été, au moment où les journées sont les plus longues. Près de 16 heures s’écoulent entre le lever et le coucher du soleil. Pour être sûr de préserver au mieux sa santé, il est important de connaître les mécanismes qui se mettent en route dans le corps humain durant cette période.

Les changements qui se produisent dans le corps dépendent de la longueur du jeûne. Selon le National Health Service (Grande-Bretagne), “le corps entre dans une période de jeûne huit heures environ après le dernier repas consommé, lorsque l’intestin termine d’absorber les derniers éléments nutritifs“.

Glucose, graisses, protéines... et ramadan

Dans un premier temps, l’organisme va alors puiser son énergie dans le glucose, stocké dans le foie et les muscles. Une fois ce glucose épuisé, ce sera au tour des graisses de contribuer à fournir l'énergie nécessaire au fonctionnement du corps. Mais ce mécanisme ne se déclenche que tard dans la journée, proche de la rupture du jeûne. Les réserves graisseuses ne seront donc pas sollicitées suffisamment pour une réelle perte de poids. Elles seront même reformées dès la prochaine prise alimentaire.

Ce dernier mécanisme explique donc qu’une rupture de jeûne avec des aliments trop gras ou trop sucrés puisse entraîner à la longue une prise de poids, alors même que le sujet à l’impression de très peu s’alimenter (sensation de faim dans la journée).

Les jeûnes plus prolongés, de plusieurs jours à plusieurs semaines, déclenchent quant à eux un phénomène dangereux pour la santé : le corps commence à puiser son énergie dans les protéines, donc dans les muscles. Ce phénomène ne concerne en théorie pas les personnes pratiquant le ramadan. Une alimentation équilibrée en glucides, lipides et protéines pendant cette période permet de rester dans les deux premières phases et de ne pas attaquer les protéines.

De plus, si les pratiquants s’alimentent de manière équilibrée chaque jour après de la rupture du jeûne, “il n’y a pas de raison qu’ils présentent des carences“, commente le Dr Laurence Plumey, médecin nutritionniste. “Leur glycémie va baisser dans la journée et ils ressentiront une certaine fatigue mais ils ne présenteront pas de perturbations métaboliques.“

Violaine Badie

Sources :
1- Site internet du National Health Service : “Healthy ramadan“ (conseils santé et nutrition en ligne)
2- Interview du Dr Laurence Plumey, médecin nutritionniste, 9 juillet 2013.

Ecrit par:

Violaine Badie

Créé le 09 juillet 2013