Menacé d’expulsion à cause de son obésité


Un Sud-Africain vivant en Nouvelle-Zélande depuis 6 ans vient de se voir refuser le renouvellement de son visa. La raison ? Il est obèse. Les autorités estiment que des interventions médicales coûteraient trop cher pour le soigner. 

Un Sud-Africain installé en Nouvelle-Zélande est menacé d'expulsion à cause de son poids.

Trop gros pour vivre ici. C’est en substance le message que les autorités néo-zélandaises ont fait passer à un immigré sud-africain, qui vit dans le pays depuis 6 ans. Albert Buitenhuis s’est ainsi vu refuser le renouvellement de son visa et risque l’expulsion, avec sa femme Marthie.

Albert pèse 130 kg et mesure 1,78 m.  Avec un indice de masse corporelle supérieur à 40, il est cliniquement obèse. Pour justifier leur refus, les services d’immigration lui ont fait savoir que sa condition de santé pourrait peser trop lourd sur le système de santé néo-zélandais.

Selon le journal The Press, qui a révélé l’information, un porte-parole du ministère de l’Immigration néo-zélandais a déclaré que M. Buitenhuis n’a pas obtenu son visa car son obésité représente un “risque significatif“ de complications, comprenant diabète, hypertension, problèmes cardiaques, apnée obstructive du sommeil, différents cancers, dégénérescences articulaires…

Le Sud-Africain et sa femme ont déménagé en Nouvelle Zélande, à Christchurch, en 2007. Ils y travaillent depuis : Albert est chef dans un restaurant local et sa femme Marthie y est serveuse. Jusqu’à présent, Albert Buitenhuis n’avait jamais eu de problème pour renouveler annuellement son visa de travail. Son poids n'avait jamais été une condition pour l'obtention. Paradoxe : il se le voit refuser aujourd'hui alors qu'il a déjà perdu 30 kilos depuis son arrivée en Nouvelle-Zélande.

The Press affirme que le couple a fait appel de cette décision auprès du ministère de l’Immigration néo-zélandais. Aucune démarche d’expulsion ne sera engagée avant que le ministère n’ait pris sa décision.

Violaine Badie

Source : Anna Turner : “Too fat to live here”, The press 27/07/2013 (article consultable en ligne)

Ecrit par:

Violaine Badie

Créé le 31 juillet 2013