Les Oréo aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine ?


Les célèbres biscuits ronds stimuleraient les mêmes parties du cerveau que certaines drogues, comme la cocaïne ou la morphine. Des chercheurs américains se sont penchés sur la question et ont observé (chez des rats) que la consommation d’Oréo serait, selon eux, “aussi addictive“ que ces substances.

Les Oréo sont les biscuits préférés des Américains.

Un vrai délice ces petits biscuits que les Américains consomment trempés dans un verre de lait. Un peu addictifs aussi, les gourmands en ont déjà fait l’expérience. Selon des chercheurs américains, cette addiction aux Oréo ne serait pas une simple impression mais bien une réalité scientifique. Ils ont observé que la consommation de ces petits disques fourrés à la crème agirait sur le cerveau de la même manière que la cocaïne ou la morphine, expérience effectuée chez des rats.

L’étude de Joseph Schroeder et de ses étudiants du Connecticut College aux Etats-Unis avait initialement pour objectif d’analyser le potentiel addictif de nourriture riche en graisse ou en sucres. Pour cela, ils ont donné à manger à des rats : d’un côté de leur cage, il leur a été servi des Oréo, de l’autre des galettes de riz. Les scientifiques ont ensuite observé combien de temps les rats passaient dans la zone où se trouvaient les Oréo. En plus de préférer se nourrir de ces biscuits (constat peu surprenant), les rats passaient beaucoup plus de temps du côté de la cage où ils avaient pu goûter ces petits disques bien gras et bien sucrés.

Les mêmes tests ont ensuite été effectués, en remplaçant la nourriture par les injections: d'une côté les rats recevaient une injection de cocaïne ou de morphine, de l’autre une injection d'une substance saline. Les animaux passaient par la suite beaucoup plus de temps dans le côté de la cage où ils avaient été soumis à la drogue.

“Notre étude montre que les rats conditionnés à manger des Oréo passent autant de temps dans la zone “drogue“ que ceux conditionnés avec de la cocaïne ou de la morphine“, révèle l'étude initialement parue sur le site internet du Connecticut College. Les effets de ces biscuits seraient donc aussi “addictifs“ que les drogues, selon ces scientifiques.

Dépendance et plaisir

Afin d'expliquer ce phénomène, les chercheurs américains ont voulu aller un plus loin. Ils ont mesuré chez ces rats l'expression d'un marqueur neuronal spécifique d'une partie du cerveau, abritant le “centre du plaisir“. “Cela nous donne une idée du nombre de cellules activées dans cette région du cerveau en réponse à la drogue ou aux Oréo“, explique Joseph Schroeder. Le scientifique et son équipe ont constaté que “le nombre de neurones activés par les Oréo était significativement plus important que dans le cas de prise de cocaïne ou de morphine“. “Cette observation renforce nos résultats sur les comportements des rats et tend à supporter l'hypothèse que le nourriture très grasse ou très sucrée est addictive“, conclut-il.

Quant à savoir quels sont les mécanismes exacts de cette “addiction“ aux “biscuits préférés de l'Amérique“, ils restent encore très mystérieux. Même après les conclusions de cette étude, qui n'a d'ailleurs pas encore été publiée dans un journal officiel. Rien ne dit que ces comportement ne relèvent pas d'une simple gourmandise... Pas de panique donc.  L'interdiction de vente de biscuits à cause de leur potentiel “addictif“, ce n'est pas pour demain.

Violaine Badie

Source : Connecticut College News : “Student-faculty research shows Oreos are just as addictive as drugs in lab rats“, article publié sur le site de l’université (consultable en ligne)

Ecrit par:

Violaine Badie

Créé le 17 octobre 2013