Vaccins contre l'hépatite B pour adultes réservés à l'hôpital


La distribution des vaccins pour adultes contre l'hépatite B est réservée aux établissements de santé et peuvent être dispensés aux patients non-hospitalisés "prioritaires", sur ordonnance, a indiqué jeudi la Direction générale de la Santé du ministère.

Les vaccins pourront être dispensés aux patients non-hospitalisés "prioritaires".

Des "tensions d'approvisionnements" sévissent depuis janvier sur le vaccin contre l'hépatite B, sauf pour ceux destinés aux enfants.

La liste des vaccins disponibles figure sur le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Durant ces tensions, la vaccination contre l'hépatite B s'adresse à des "populations prioritaires", définies par les recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSP) et dont la liste détaillée est également mise en ligne. Il s'agit notamment des professionnels soumis à la vaccination obligatoire (notamment les professionnels de santé), des patients en attente de greffe, des patients dialysés ou présentant une insuffisance rénale chronique ou encore les personnes amenées à résider en zones de moyenne ou de forte endémie de cette hépatite virale.

Les adultes prioritaires sont invités à se rapprocher de leur médecin.

L'agence du médicament rappelle que les vaccins destinés aux enfants ne doivent pas être utilisés chez les adultes. Elle étudie actuellement la possibilité d'importer des vaccins destinés à d'autres marchés européens, relève-t-on par ailleurs dans une fiche questions/réponses destinée au public.

Mi-février la Fédération nationale d'aide aux insuffisants rénaux (Fnair) s'était alarmée de cette "pénurie de vaccins contre l'hépatite B pour adultes" indiquant avoir écrit à la ministre de la Santé Marisol Touraine, pour avoir plus d'informations sur cette "situation inédite" et sur sa durée.

Créé le 02 mars 2017

Sources :

Tensions d’approvisionnement en vaccins contre l’hépatite B : La Direction générale de la Santé prend des mesures pour garantir la vaccination et le Haut conseil de la santé publique adapte les recommandations de vaccination - Communiqué de la DGS - 2 mars 2017