Pour maigrir, mieux vaut réduire les sucres plutôt que les graisses


Pour perdre du poids, que vaut-il mieux supprimer, les graisses, les sucres ou les deux ? Selon  des chercheurs de l'Université de Tulane, l'Université Johns Hopkins et Kaiser Permanente,  un régime pauvre en glucides serait plus efficace pour perdre du poids et prévenir les maladies cardiovasculaires.

Pour réussir à perdre du poids, mieux vaut réduire les sucres plutôt que les graisses.

Un temps très en vogue chez les Anglo-Saxons, le régime “low carb“ (pauvre en glucides) a toujours eu ses détracteurs parmi les professionnels de la santé, non seulement parce qu’il est très déséquilibré mais aussi car la consommation de produits gras n’est pas déconseillée ! Dans le cadre de ce régime, seuls les sucres sont à bannir. Efficace pour maigrir ? Il semble bien que ce soit le cas !

Quel régime est le plus efficace ?

En effet, le groupe de recherche a voulu déterminer les effets d'un régime pauvre en glucides sur la prévention des maladies cardiovasculaires. Ceux-ci restaient jusqu'alors inconnus, puisque peu voire aucun test  n'a été réalisé sur un groupe de participants assez variés.

Pour l'étude, les chercheurs ont travaillé avec 148 hommes et femmes, dont une moitié d’afro-américains et l’autre de type caucasien. Tous étaient considérés comme obèses selon leur indice de masse corporelle (IMC).

De manière aléatoire, les chercheurs ont assigné à chaque participant soit un régime pauvre en glucides (moins de 40g par jour) soit un régime pauvre en graisses (moins de 30 %  des calories journalières provenant des matières grasses).

Pour perdre du poids, mieux vaut réduire les sucres

Les deux groupes étaient soumis à un suivi diététique régulier et aucun objectif n'a été fixé quant au nombre de calories consommées par jour, ni quant à l'activité physique. Les chercheurs notent néanmoins que le niveau d'activité physique était assez similaire entre les deux groupes pour ne pas avoir d'incidence sur les résultats.

Ayant enregistré des données sur le poids et d'autres facteurs de risque cardiovasculaire au début de l'étude, les chercheurs ont convoqué les participants à intervalles réguliers (après 3, 6 et 12 mois) afin de prendre des mesures et vérifier le maintien continu du régime.

Les chercheurs ont éliminé les données des participants qui ont abandonné le programme avant la fin des 12 mois. Au final, le régime pauvre en graisses a été suivi jusqu'au bout par 60 participants (82 %). Résultat similaire pour le régime pauvre en glucides, suivi pendant l'année entière par 59 participants (79 %).

Une réduction des risques cardiovasculaires

Mais parmi ces participants restants, ceux qui ont évité les glucides ont perdu 3,5 kg de plus en moyenne comparés aux adhérents au régime pauvre en lipides. Les premiers ont également démontré des baisses plus significatives quant à leurs indices de masse grasse et à d'autres facteurs de risque de maladie cardiovasculaire.

En plus, les taux sanguins de certains lipides pouvant indiquer un risque accru de maladie cardiovasculaire étaient moins élevés chez le groupe “low carb“.

Par ailleurs, la réduction du tour de taille était plus importante chez les adhérents au régime pauvre en graisses lors des contrôles à 3 mois et à 6 mois, bien que cette différence se soit nivellée à la fin de l'étude.

Rappelons qu’avant de se lancer dans un régime, le mieux est de consulter un professionnel de santé, médecin et/ou diététicien-nutritionniste afin de déterminer son profil et le type de régime qui convient le mieux. Car certains régimes peuven t induire des carences et/ou favoriser une reprise de poids rapide.

Relaxnews

Source : Effects of Low-Carbohydrate and Low-Fat Diets: A Randomized Trial, L. A. Bazzano and al, Annals of Internal Medicine, 2 septembre 2014

Ecrit par:

Yamina Saïdj

Créé le 04 septembre 2014