Une nouvelle méthode pour déterminer la teneur en antioxydants des aliments


Les bienfaits de certains aliments, comme l'orange, pourraient être bien plus importants que ce que les scientifiques pensaient précédemment, depuis les conclusions d'une étude revoyant les méthodes de calcul de l'activité antioxydante des denrées.

Grâce à une nouvelle méthode, des chercheurs ont découvert que 70% de l'activité antioxydante d'un fruit se trouvait dans sa fraction solide.

Les aliments étudiés dans leur intégralité

Des chercheurs de l'université de Grenade ont développé une méthode appelée Réponse Antioxydante Globale (GAR en anglais), ils trouvent qu'elle propose une analyse plus poussée, car, pour la première fois, elle prend en compte les aliments dans leur intégralité.

Les chercheurs avancent que les méthodes actuelles de mesure de la valeur antioxydante ne reflète que la partie du bol alimentaire absorbée par le petit intestin, appelée la fraction liquide.

“Le problème est que l'activité antioxydante de la fraction solide (les fibres) n'est pas mesurée, parce qu'on part du principe qu'elle n'est pas bénéfique, souligne José Ángel Rufián-Henares, l'auteur de cette étude. Cependant, cette fraction insoluble arrive dans le gros intestin et la flore intestinale peut aussi la faire fermenter pour en extraire encore plus de substance antioxydante. Nous pouvons l'évaluer grâce à notre nouvelle méthodologie.“

Une activité antioxydante insoupçonnée

En utilisant la méthode GAR, qui simule in vitro la digestion gastro-intestinale, l'équipe de chercheurs a analysé des jus d'orange, mandarine, citron et pamplemousse (naturels et en bouteilles), et a trouvé que 70% de l'activité antioxydante se trouvait dans la fraction solide du fruit. Cela signifie que la teneur en antioxydants pourrait être bien plus grande que ce nous pensions jusqu'à présent.

“L'activité antioxydante est, en moyenne, dix fois plus forte que ce que tout le monde pensait jusqu'à ce jour, et pas seulement pour les jus, mais aussi pour d'autres types d'aliments analysés avec cette méthodologie“, précise le professeur Rufián-Henares.

Cette étude est parue dans la revue Food Chemistry.

AFP/Relaxnews

Source : Nutritional and physicochemical characteristic of commercial Spanish citrus juices - Food Chemistry - Volume 164, 1 December 2014, Pages 396–405 (abstract accessible en ligne)

Ecrit par:

Annabelle Iglesias

Créé le 08 décembre 2014