Encore trop de médicaments inutiles en France, selon les professeurs Even et Debré


Les professeurs Philippe Even et Bernard Debré sortent la seconde édition de leur best-seller : le "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux". Tout comme dans le premier opus, ils renouvellent leur appel à un grand coup de balai dans le marché des médicaments, ce qui ne devrait pas manquer de faire réagir d'autres médecins...

Le nouveau "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" inclut les 200 nouveaux médicaments apparus depuis 2012, date de la 1ère édition de ce livre qui avait l'objet de polémiques.

"Un tiers des médicaments jugés inefficaces"

Résumé de cette nouvelle revue: un tiers des médicaments proposés sont "inefficaces" et donc ne servent à rien, un quart sont mal tolérés et 5% potentiellement dangereux. Et toujours, selon les auteurs, 15 milliards de médicaments dépensés inutilement au détriment de "véritables priorités" : hôpitaux, infirmières, handicaps physiques et mentaux, vieillesse...

Cette deuxième édition (qui paraît aux éditions Cherche-Midi) inclut les 200 nouveaux médicaments apparus depuis 2012, date de la 1ère édition de ce livre qui avait l'objet de polémiques. Des médicaments concernant notamment le domaine des cancers, des hépatites, du diabète et des anticoagulants. Sur ces 200 nouveaux médicaments, "une cinquantaine sont utiles", a relevé mercredi le Pr Even sur RTL.

L'ancien doyen de la faculté de médecine de Necker a évoqué "des progrès réels" parmi les anti-cancéreux, mais aussi les effets indésirables des médicaments: il y a "15.000 morts d'accidents thérapeutiques dus aux médicaments qui n'auraient pas dû avoir lieu". "C'est quand même cinq fois plus que les accidents de la route", dit-il.

Les médicaments ORL ciblés par ces médecins

Le taux d'inefficacité noté dans l'ouvrage est très élevé pour l'ORL (78%) et en gastro-entérologie (62%) et reste loin d'être négligeable en pneumologie (59%, hors cancers et infections).  Ainsi, 50 antitussifs sont "à retirer du marché" et "22 des 23" des mucolytiques aux noms imagés pour prétendument +fluidifier les sécrétions bronchiques+" sont "inutiles". Même constat la "désensibilisation" allergique, qualifiée de "nulle".

En cette période d'hiver propice aux rhumes, le Pr Even a, en outre, rappelé que les médicaments en vente libre contre les congestions nasales, très courants, contenant de la pseudoéphédrine, présentent des dangers pour la santé. Le sérum physiologique est préférable, selon des spécialistes. Ce que le Bulletin d'Informations de Pharmacologie rappelait dès 2012.

Parmi les médicaments récents, "aucun progrès notable en neuropsychiatrie (12 molécules)" et "au total, une seule révolution, le Sovaldi" (laboratoire Gilead), écrivent encore les auteurs pointant ainsi les progrès dans le traitement de l'hépatite virale C.

Au milieu de ce réquisitoire, les auteurs saluent toutefois les traitements qui ont fait progresser la médecine (antibiotiques, cortisone, etc.). Ils reviennent également sur les drames et controverses de ces dernières années (Mediator, Vioxx, Dépakine, la statine de Bayer, Diane 35, l'abus du recours aux pilules de 3e et 4e générations, essai clinique mortel à Rennes...). 

Des réactions à venir...

La première version du livre avait largement fait réagir différents spécialistes : certains dénonçant un livre truffé d’erreurs, d’autres saluant le courage de donner un coup de pied dans la termitière. En mars 2014, près de 300 plaintes avaient été déposées contre le premier livre, dont la Fédération française d’allergologie qui leur reprochait d’avoir traité les allergologues de “gourous, charlatans et marchands d’illusion“.

L'ordre national des médecins avait infligé aux spécialistes une lourde sanction : “un an d'interdiction d'exercer la médecine dont six mois avec sursis". Finalement en décembre 2015, la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins réduisait cette sanction à "la sanction d’un blâme" et avait annuler l’interdiction d’exercer.

Créé le 24 novembre 2016

Sources :

Avec AFP/Relaxnews

Photo : ROMUALD MEIGNEUX/SIPA