Pourquoi les régimes alimentaires ne marcheront jamais


Pourquoi les régimes minceur proposés par les magazines ne marcheront-ils jamais ? Parce que les humains réagissent différemment à la consommation d'une nourriture saine, qui permet à certains de perdre du poids quand d'autres à l'inverse en gagnent, selon une étude publiée dans la revue Cell Press.

La réponse glycémique après la prise d'un repas n'est pas liée aux aliments consommés mais plutôt au métabolisme de chaque individu.

Comment notre corps réagit-il quand on mange une tomate ? Il semblerait qu’il n’y ait pas de réponse universelle à cette question. Car la réaction du corps ne dépend pas de la nourriture ingérée, mais de la personne qui l’ingère. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs du Weizmann Institute of Science en Israël ont étudié les réponses corporelles de 800 personnes âgées de 18 à 70 ans qui mangeaient les mêmes aliments.

Evolution de la glycémie et analyse du microbiote

Chaque participant était connecté pendant toute la durée de l’étude à un moniteur de glucose sanguin, qui permettait de mesurer l’évolution de sa glycémie. Les individus ont dans le même temps dû signaler toutes les informations nécessaires sur leur vie quotidienne : aliments consommés, périodes d’activité physique et périodes de sommeil. Des échantillons de selles étaient également prélevés pour étudier le microbiote (flore intestinale) des individus.

“La première très grande surprise et découverte frappante que nous avons eue, c'est la grande variabilité de réactions des gens à des plats identiques“, a résumé Eran Segal chercheur au Weizmann Institute of Science. Les scientifiques ont en effet observé que l’élévation du taux de glucose sanguin après un même repas était différente pour chaque personne testée.

Vers des traitements et des régimes plus personnalisés

En étudiant ensuite le microbiote et les caractéristiques spécifiques de chaque sujet de l’étude, les chercheurs ont affirmé qu’il était possible de prédire la réponse glycémique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à une prise en charge plus personnalisée des patients souffrant de prédiabète et de diabète de type 2 (l’élévation importante du glucose dans le sang après un repas étant un facteur de risque de développer ces pathologies).

Autre élément qui ressort de cette étude : au lieu de suivre des régimes alimentaires standard, les chercheurs suggèrent une approche beaucoup plus personnalisée, en mettant la personne au centre du régime et non l'inverse. Cela leur permettrait non seulement de les aider à contrôler leur taux de sucre mais aussi à améliorer leur santé, explique Eran Elinav, co-auteur de l'étude. En analysant avant le début de la période de régime les réponses métaboliques des personnes souhaitant perdre du poids, il serait en effet possible de cibler les meilleures approches susceptibles de les aider à atteindre leur objectif, de manière individuelle.

Violaine Badie Avec AFP/RelaxNews

Source : Personalized Nutrition by Prediction of Glycemic Responses ; étude publiée dans Cell Press le 19 novembre 2015 (abstract en ligne)

Ecrit par:

Violaine Badie

Créé le 20 novembre 2015