Roundup : le parlement européen demande une ré-autorisation du glyphosate pour les usages professionnels


Le Parlement européen a voté mercredi  15 avril une résolution demandant une ré-autorisation du glyphosate pour une durée de 7 ans, uniquement pour les utilisations professionnelles. Une prise de position qui ne satisfait ni les industriels, ni les associations.

Le glyphosate est un composant du Roundup, herbicide le plus vendu dans le monde.

Ré-autoriser seulement pour 7 ans, interdire les usages domestiques

La Commission européenne doit se prononcer prochainement sur l’avenir du glyphosate, une substance très utilisée dans les herbicides comme le célèbre Roundup de la compagnie Monsanto. Deux possibilités étaient sur la table : ne pas renouveler l’autorisation de commercialisation de ce désherbant ou la renouveler pour 14 ans. Mercredi 15 avril, le Parlement européen a avancé une troisième option par le biais d’une résolution non contraignante votée en plénière: “La Commission européenne devrait renouveler l'approbation de l'herbicide glyphosate sur le marché de l'UE seulement pour sept années supplémentaires, contre les quinze proposées à l'origine (…). De plus, la Commission ne devrait pas autoriser les usages non professionnels de la substance“, détaille le compte-rendu de la session plénière.

Cancérogène “probable“ pour l'OMS, “improbable“ pour l'Europe

C’est la première fois que le Parlement se saisit d’un sujet touchant un produit phytosanitaire, preuve de l’importance de la polémique créée par le glyphosate. Ce produit a en effet été classé par l’OMS comme “cancérogène probable“ en mars 2015. Six mois plus tard, l’Autorité européenne de sécurité des aliments revoyait ce jugement, estimant que le glyphosate était improbablement cancérogène.

Le Parlement a peut-être souhaité proposer une solution intermédiaire avec cette résolution. Position qui ne satisfait pas totalement les associations, comme Générations futures : “Le vote du Parlement européen en faveur d’une ré homologation du glyphosate est en soit une déception“,  déclare François Veillerette, porte parole de Générations Futures sur le site de l’association. “Néanmoins des restrictions adoptées par le Parlement européen pour l’usage amateur et les espaces publics constituent des avancées. Le texte voté par le Parlement européen reconnait aussi le manque de données du dossier accepté par la Commission européenne, notamment en ce qui concerne les effets de perturbation endocrinienne ou les résidus alimentaires de glyphosate.“

Une étude indépendante et la publication de toutes les preuves scientifiques 

Dans la résolution votée le 13 avril, le Parlement européen demande en effet “une étude indépendante et la publication de toutes les preuves scientifiques utilisées par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour évaluer le glyphosate“. De plus, les députés ont condamné à travers leur vote “l'utilisation inacceptable du glyphosate dans une pratique agricole connue sous le nom de “green burndown“, c'est-à-dire l'action de tuer la plante cultivée préalablement à la récolte afin d'accélérer la maturation et de faciliter la récolte“, argumentant que “cette pratique entraîne notamment une exposition accrue pour l'homme“.

L’autorisation de commercialisation du glyphosate expire fin juin 2016. La Commission européenne va donc devoir trancher très prochainement.

Violaine Badie

Sources : Parlement européen et Générations futures

Ecrit par:

Violaine Badie

Créé le 14 avril 2016